Alain Sotto, psychopédagogue et neuropédagogue.

edito

« On aime apprendre dès lors que l’on sait pourquoi et comment apprendre. »

Un grand nombre d’enfants sont en souffrance scolaire, d’autres font leur travail correctement mais sans éprouver de joie. Ils manquent de motivation, de projet. Comment feront-ils, au sortir de l’adolescence, bac en poche ou non, pour poursuivre des études ou encore conquérir le monde du travail ? Lire l’édito »

video

Désolé, aucun résultat.

Page introuvable.

billets_accueil

Douleur d’enseignant, douleurs d’enfants par M. J. Villaume

J’enseigne en classe de CM2 en ZEP, je suis maître formateur et militante aux CEMEA. Je n’ai pas de cancre dans ma classe, que des élèves en souffrance affective ou éducative. Ils manquent cruellement d’adultes identificatoires. Leurs repères sont de bric et de broc…l’attention est globalement fugace, ils ont du mal à soutenir leur effort, mais quelle explosion de joie, quelle hystérie parfois, quand ils constatent qu’ils acceptent leur réussite. Nous manquons cruellement de thérapeutes pour nous aider à décrypter les blocages, à apaiser les douleurs, canaliser les débordements, les « trop pleins de manques ». Nous aurions aussi besoin de thérapeutes pour les maîtres, car combien est grande leur souffrance ! Pour moi, c’est douloureux de constater les dégâts chez les enfants, puis de voir les limites de mon action. Les élèves sont intelligents, vifs, mais leur disponibilité est fuyante… Je passe beaucoup de mon énergie à les apaiser, les rassurer sur leurs compétences…et beaucoup d’énergie aussi à les cadrer, à les ramener sur un terrain relationnel où leur colère doit s’exprimer mais surtout ne pas se retourner contre eux… Je travaille avec un thérapeute sophrologue qui entend ma propre douleur ; je me sens apaisée par ces séances, cela me permet de garder de la distance pour ne surtout pas être aspirée par le goufre des blessures des élèves. M. J.... read more

La Stratégie du Cancre

Que fait le cancre pendant le cours ? Plusieurs possibilités : 01 Il ne fait « rien », c’est-à-dire qu’il n’a rien prévu, n’a déterminé aucun projet : écouter, ne pas écouter, laisser vagabonder sa pensée, ou encore bavarder avec sa voisine ou le copain assis derrière lui. Il est dans la sensation, le mouvement, et cherche le geste, le gloussement, l’astuce qui va faire rire la classe et animer le cours. En fait, il est là pour rien, et rien ne se passera, à part qu’il réussira à tuer une heure. 02 Dès que le prof parle, un autre dessine, améliore sa technique, complète sa galerie de personnages, ou il essaye encore une fois de craquer le code de son nouveau jeu vidéo. Il réussit à fuir l’ennui du présent. Evidemment, le cours ne peut exister dans sa tête, et quelques jours plus tard, la veille du contrôle, il devra improviser. Certes il aura entraîné son imagination et progressé dans son hobby. Cela lui sera peut-être utile plus tard. Mais qu’est-ce qui lui est utile dans son présent d’élève ? 03 Il est cancre et plutôt rebelle à la règle scolaire : apprendre, répéter, apprendre, répéter…Tout cela est ennuyeux, sans utilité, car de toute façon, les « carottes sont cuites », l’école, c’est pas son truc, etc. Cependant, il est en cours, contraint d’être là. Et il se dit que, sans trop renoncer à ce qu’il est, il est tout de même plus économique de profiter du travail du prof. En faisant comment ? En enregistrant les mots-clés, les temps forts du raisonnement, en se redisant dans sa tête ce qui est... read more

Technique de lecture par Marie Thérèse Lèbre

Marie Thérèse Lèbre Institutrice spécialisée. professeur des écoles. Lire, ils ne savent pas comment faire Aide à l’apprentissage et au renforcement de la lecture pour les enfants en difficulté. Guide pour les enseignants et les parents avec matériel pour les enfants. Télécharger le PDF... read more

Qu’as-tu appris aujourd’hui ?

Se demander chaque soir ce que l’on a appris ce jour-là. S’arrêter à une chose. Commentaire : cela peut être appris à l’école, ou en se promenant dans la forêt, ou en regardant un documentaire, ou en écoutant un aîné parler de son expérience. Le principal est de ne pas se coucher sans s’être arrêté sur une chose d’importance, c’est de ne pas laisser passer un jour sans lui donner une singularité, sans se donner l’opportunité... read more
Page 7 sur 8 |« Première page45678
Que se passe-t-il dans la tête de votre enfant ?

Mes nombreux échecs à l’école avaient forgé une certitude inébranlable : j’étais un enfant/problème, un mauvais élève, un agité qui avait du mal à comprendre. On dirait, de nos jours, « un hyperactif avec déficit attentionnel ». Lire la suite →

Mémoriser l’orthographe d’un mot

Apprendre à réussir, réussir à apprendre