Le caprice, essentiel à la construction de la personnalité

Le caprice a une mauvaise réputation. Dans son sens premier, c’est une volonté subite et passagère qui vient sans aucune raison. Or le petit qui fait un caprice a ses raisons. C’est le seul moyen qu’il possède de dire son désir contrarié, sa frustration, sa colère, sa peur, ses angoisses. Le caprice est inhérent à la construction de sa personnalité parce qu’il le place face aux contraintes du réel, le confronte au désir de l’autre. Il exprime des désirs ou des refus, et ce sont les échos reçus en retour qui le forment en tant qu’être autonome et pensant.

L’enfant et le « non »

Il y a dans la vie de l’enfant deux périodes où il se construit par le  » non ». Quand il est petit, les caprices lui permettent d’acquérir l’empathie nécessaire à la vie en communauté, l’apprentissage des règles familiales et sociales, les interdits et empêchements environnementales. Après quoi, il se conforme à ce qui lui est demandé à la maison, il intériorise les contraintes dues à la réalité et s’y soumet. Mais, devenu adolescent, il a besoin de nouveau de s’opposer à ses parents, aux adultes en général : il souhaite l’autonomie, refuse les règles qu’il avait acceptées et recherche les limites.
Ces deux périodes d’opposition sont constructives. C’est ainsi que l’enfant élabore la compréhension du monde dans son rapport à lui-même et aux autres. Mais pour cela, les parents doivent être clairs dans leur tête, non s’opposer à l’enfant – le petit et l’adolescent- mais donner clairement des repères. Incertitudes, doutes, fragilités parentales sont déstabilisateurs.

Privé de la possibilité d’analyser une situation, il fait un caprice

Le petit enfant n’est pas capable de « penser » une situation qui le frustre, il n’a pas le langage et les repères temporels nécessaires à la réflexion, il n’a pas encore intégré les impératifs dictés par le réel, les codes sociaux et les règles familiales. Il n’est pas capable non plus de gérer ses sentiments sur lesquels il ne peut mettre de mots. Sentiments et ressentis sont confus, ils le déstabilisent.
Alors, ce bouillonnement émotionnel, c’est par son comportement qu’il l’exprime.
Il pleure, hurle. Il pique des colères, crie, tape du poing, se roule par terre. Il casse même ses jouets.

L’enfant fait des caprices, il n’est pas capricieux

Avant dix-huit mois, on ne peut parler de caprice. Ses pleurs expriment des besoins.
L’enfant commence à faire des caprices vers un an et demi. Les crises deviennent fréquentes, voire journalières, à deux, trois ans. Puis, peu à peu, comprenant le principe de « réalité » et ayant acquis la maîtrise du langage, il en fait moins, jusqu’à cesser tout à fait de s’exprimer ainsi à l’âge dit de raison, c’est-à dire sept ans.
Un enfant qui fait des caprices n’est pas capricieux. Sont capricieux les enfants à qui les parents n’ont pas su donner de limites et qui sont devenus des enfants-rois. Leurs parents confondent autorité et répression, permissivité et amour. Ils craignent qu’une éducation ferme puisse entraîner quelques troubles psychologiques chez l’enfant ou qu’elle les éloigne d’eux. Alors ces enfants évoluent dans un monde sans contrainte, ils hurlent tout le jour pour que l’on se plie à leurs quatre volontés ; or ce sont les limites données au petit qui lui apportent les repères nécessaires à son équilibre.
Céder, c’est montrer sa faiblesse. C’est accepter qu’il prenne un pouvoir qui ne doit pas être le sien.

Qu’est-ce qui provoque le caprice ?

* Le renoncement au plaisir immédiat.

Le principe de réalité s’oppose à la recherche de satisfactions immédiates, à la réalisation d’un désir non réfléchi. C’est un régulateur : il permet l’adaptation à l’environnement.
Qu’arrive-t-il à l’enfant qui a un désir ne tenant pas compte de la réalité (mettre ses doigts dans une prise électrique, sortir sans bonnet quand souffle un vent glacial) ? Il se voit contraint d’y renoncer. Or il n’a pas encore appréhendé la réalité (ou il est en train d’y parvenir à force d’observation et de confrontation au réel). Alors quand lui est énoncé l’interdit et qu’il doit s’éloigner d’une prise électrique ou accepter qu’on lui mette son bonnet, il pique une colère.

* La confrontation au désir de l’autre. Quand l’enfant commence à vouloir être autonome, il exprime ses désirs et ses volontés. Et c’est alors qu’il découvre n’être pas le centre du monde. Fini le temps de la toute puissance. Ses parents ont également des désirs, des volontés souvent différents des siens. Déçu, frustré par les refus ou les obligations qui mettent à mal son désir, l’enfant se révolte. Il ne comprend pas le fait de trouver une résistance du côté des parents. Il se débat quand son père le met en pyjama, il trépigne quand sa mère refuse de lui donner du chocolat à l’heure du dîner. Il apprend qu’il ne peut pas toujours faire ce qu’il lui plait ni obtenir tout ce qu’il désire. Ses cris, ses pleurs ne sont pas faits pour contrarier ses parents ou les manipuler, mais tout simplement pour les faire plier afin qu’il puisse parvenir au plaisir.

Caprice ou affirmation de soi ?

L’enfant dit non comme il le peut : le langage trop pauvre encore (les mots, la syntaxe), la non-connaissance de l’autre comme existant en dehors de lui, l’ignorance de la réalité le privent de moyens. Alors pour dire non ( Il faut noter qu’il dit « non » bien avant le « oui »), il pique une colère.
Et ce « non » va au delà d’une simple opposition, c’est une affirmation de soi. L’enfant se différencie de ses parents avec lesquels jusque-là il se confondait.
Et même quand il commence à s’exprimer avec des petites phrases construites correctement, s’il sait ce que sont la colère et la tristesse, il n’est pas encore capable d’analyser ce qu’il est en train de vivre.

Céder ou non ?

Certes l’enfant a besoin de limites, mais doit-on, pour cela, toujours lui imposer sa volonté d’adulte ? Tout d’abord, il faut essayer de comprendre ce qui a motivé sa crise : n’exprime t-il pas un réel besoin un câlin au sortir de la crèche) une peur ( l’eau, un inconnu), une angoisse (au moment du coucher) ou tout simplement -et très souvent- une fatigue? Comme ce sont des causes récurrentes dans les mêmes situations, elles sont assez facilement identifiables.
Et si dans une situation l’enfant n’exprime pas un réel besoin, on peut s’interroger sur le pourquoi de ses cris dans la rue. Car il ne fait pas un caprice pour rien. Peut-être a-t-il aperçu un détail sur le trottoir qui l’attire alors que d’une main pressée on l’entraîne au loin. Peut-être veut-il traverser tout seul la rue. Ou encore il se peut qu’il veuille aller en direction du square et non chez lui. Une fois compris la raison de ses cris, on peut mettre des mots dessus. Parler avec des mots simples de ce que l’on croit qu’il ressent, puis lui dire pourquoi on ne cèdera pas à son désir : on ne peut pas ( l’heure tardive) ou on ne veut pas (l’envie de rentrer chez soi). Même si l’enfant ne met pas un terme à sa crise, il a « entendu ». Il n’a pas fait céder l’adulte, mais son désir néanmoins a été pris en considération.

Donner des limites

On donne des limites précises à l’enfant et on lui en explique les raisons. Il ne suffit pas bien entendu de les dire et de les redire, auquel cas il finirait par ne plus les écouter. Il faut encore les faire respecter. L’enfant obéit à des règles de prudence nécessaires à sa sécurité (ne pas s’approcher des feux d’une cuisinière), des règles de savoir-vivre, de politesse, nécessaire à son intégration dans la société (dire bonjour et merci). Il se tient également à des lignes de conduite qui fondent l’harmonie familiale.
Les deux parents doivent s’accorder sur les limites à donner à l’enfant. Au sein du couple parental, il est fréquent que les opinions diffèrent au sujet de l’éducation. L’un a des tendances plus laxistes, l’autre plus rigides. L’un dirait plus souvent oui alors que l’autre aurait une préférence pour le non. Ces différences doivent être débattues, et elles doivent l’être en privé. Un parent ne contredit jamais l’autre devant l’enfant.
Pourquoi est-il parfois difficile de donner des limites et de s’y tenir. Il y a toujours un moment dans la vie de parent où l’on doute de faire bien ce qu’il faut. On se sent défaillant -souvent par manque de temps- Et puis, cette envie irraisonnée d’être aimé à chaque heure du jour et de la nuit fait que l’on n’accepte pas facilement que l’enfant soit très en colère ou qu’il se mette à bouder. Il y a les cris à gérer, difficiles à supporter surtout après une journée de travail, l’enfant qui trépigne au restaurant ou dans un magasin, et là, on lâche prise pour avoir la paix.
On cède. Céder quand cela n’est pas fréquent et ne touche pas des points essentiels n’est pas grave. Mais donner souvent priorité au désir de l’enfant amène à un déséquilibre. Il a des crises plus fréquentes auquel on répond par l’énervement. Or c’est le calme de l’adulte qui peut mettre un terme à la crise.
Quand on donne un interdit à l’enfant, quand on lui refuse un plaisir, on lui donne une explication courte, claire et précise. S’il se met à pleurer ou à crier, on lui dit qu’il a le droit d’être triste et mécontent. Mais que les choses sont ainsi. Puis on peut le prendre dans ses bras, ou lui proposer une activité qu’il aime, ou encore on décide d’ignorer son comportement et l’on continue tranquillement ce dans quoi on était plongé. Si la colère ne passe pas, et qu’il se met à trépigner ou à se rouler par terre, on le met à l’écart, au calme, toujours dans le même lieu sécurisé : ainsi, sa chambre, son lit. L’enfant sait, parce qu’on le lui dit gentiment et comme une chose allant de soi, qu’il pourra appeler une fois la crise terminée. Quand il s’est calmé, il est fatigué, déstabilisé. Un câlin ou un moment de partage (lecture, dessin..) rassure l’enfant : ses parents l’aiment malgré tout, rien n’a changé.

Laisser l’enfant prendre des décisions

Donner à l’enfant des occasions de choisir entre deux propositions : veut-il aller au square ou faire des tours de manège ? Veut-il des coquillettes ou du riz pour son dîner? Et s’il mange du riz ce soir-là, c’est lui qui l’aura décidé. Ce sera son désir et non celui de ses parents. Un désir qui ne se sera pas heurté au leur.
Plus lui sera donnée la possibilité de prendre des petites décisions, plus il sera à même d’accepter les impératifs journaliers qui conditionnent sa vie (s’habiller, manger avec sa cuillère, mettre ses chaussures, se coucher).
Très tôt, on peut dire à l’enfant que tout comme lui, on est astreint à des limites. Que l’on met un bonnet quand il fait froid, que l’on boit de l’eau à table et non un jus de fruit. « Comme Papa » « comme Maman ». On peut aussi se servir d’un personnage qu’il aime, exemple tiré d’un livre.On y voit celui-ci dans une situation quotidienne qui déclenche chez l’enfant des caprices récurrents : la table, le coucher, le prêt des jouets, les courses dans les magasins.

Les mots à dire et ceux à éviter

Il y a des mots à ne pas dire car ils portent à conséquence « Tu es méchant » ou « tu es bête » ‘’Je raconterai ça à ta mamie »  » Cesse de pleurer, tu m’agaces » « Sors de la pièce, je ne veux plus te voir ». « J’aurais honte à ta place « . Parler ainsi à l’enfant, c’est lui nier le droit d’avoir des désirs différents des siens, d’exprimer ses sentiments, ses ressentis.
Quelle est la réponse adéquate à l’enfant qui fait un caprice ? On le comprend: « Je sais tu n’es pas content ». « Tu es dans une grosse colère et c’est normal ». On l’accompagne dans ce moment difficile, on peut parler de soi lorsque l’on était enfant : « Moi aussi, je refusais de me déshabiller pour aller au lit… » ou parler d’un personnage aimé : « Regarde Lapinou, il est comme toi, il veut manger tous les gâteaux. Mais -car il y a un mais- on lui dit clairement que malgré tout, on n’est pas d’accord avec lui. On lui donne les raisons pour lesquelles on ne cèdera pas.
Une fois la crise passée, quand le petit enfant est en âge de réfléchir et de s’exprimer, on peut revenir sur ce qui s’est passé. Encore faut-il qu’il en ait envie. Et surtout, on n’en fait pas un drame. C’est en aidant l’enfant à parler de ses émotions qu’il apprend à les gérer. Et pour cela, on le guide avec des questions. Il apprend à exprimer ses émotions en les disant plutôt que par des cris et des pleurs.
L’enfant a besoin d’être encouragé, soutenu dans son apprentissage des règles, alors s’il ne fait pas une crise dans une situation habituellement critique, on trouve les mots pour le féliciter.

Gérer au mieux les caprices

On anticipe les crises et, avant les situations critiques, celles qui régulièrement entraînent des refus, des pleurs et des cris, on énonce avec fermeté les limites. « Ce soir, après ton dîner, plus de courses à travers l’appartement, je te lirai une histoire, puis tu iras au lit. » Dans les premiers temps, bien entendu, l’enfant va tenter de repousser les limites, mais il s’agit de s’en tenir à ce qui été dit. Il est sécurisé par les repères qui lui sont donnés, surtout s’ils le sont avec tendresse. On accorde toujours les paroles aux actes. Céder, c’est montrer sa faiblesse, déstabiliser l’enfant, incapable de se repérer face à l’incohérence des décisions.

Et puis après un refus donné à l’enfant, on détourne son attention en proposant aussitôt autre chose. C’est le meilleur moyen pour qu’il ne reste pas coincé dans la frustration. « Non pas de petit pain au chocolat (refus), il est trop tard maintenant (explication) mais si tu veux on peut donner à manger aux poissons rouges (diversion) ou jouer avec tes tracteurs (possibilité pour l’enfant de décider) ».

Le caprice et l’adulte en devenir

Savoir accepter les caprices de l’enfant sans se sentir personnellement agressé, les gérer sans culpabiliser, donner des limites avec fermeté et amour, c’est sans doute le meilleur service à lui rendre pour son futur. Quand il aura grandi, l’enfant saura plus facilement supporter la frustration, différer ses impulsions. Il trouvera d’autres voies d’expression que celle de l’affrontement.

ALAIN SOTTO
VARINIA OBERTO
Auteurs de « Le beau métier de parent » Hugo Doc 2016.


 

Soumettre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *